7 conseils pour réussir son examen Red Hat - ADEX Technology

7 conseils pour réussir son examen Red Hat

Suivant la tendance OpenSource du monde IT, le passage par des certifications dans les technologies RedHat devient nécessaire, RHCE, RHCSA, OpenShift et bien d’autres sont d’actualités et vous aident à consolider vos connaissances et à démontrer votre maîtrise.

Cependant, les certifications RedHat ne sont pas si faciles à obtenir, car il n’existe pas de choix multiples, pas de termes ni de scénarios purement hypothétiques, vous obtenez une machine et vous la faites fonctionner conformément aux objectifs de l’examen ou alors vous échouez, l’idée est de simuler des scénarios réels.

Aujourd’hui nous allons vous présenter quelques astuces pour augmenter vos chances de réussir à un examen Red Hat

Assurez-vous d’ajuster l’environnement avant de commencer l’examen

Ajuster la luminosité de l’écran, la disposition et l’inclinaison, aussi il faut savoir que le clavier des examens est en US par défaut, il faut donc soit se familiariser avec cette disposition ou savoir comment la modifier, pour ne pas perdre du temps en s’adaptant sur place.

Lisez attentivement les tâches de l’examen et la documentation sur l’environnement !

Les gens veulent travailler immédiatement sur des objectifs, mais c’est un piège courant. Les tâches d’examen ne peuvent pas être dans un ordre particulier. Souvent, une tâche dépend d’une autre. Connaître toutes les tâches avant de commencer à travailler sur une tâche en particulier vous donne la perspective nécessaire de ce que vous devriez accomplir à la fin de l’examen.

La documentation de l’environnement est aussi importante que les tâches de l’examen! Il décrit l’environnement et les serveurs disponibles, préconfigurés et fonctionnels. En outre, il contient toute la documentation disponible, tous les mots de passe pouvant s’avérer utiles, ou même la notation de l’examen.

La plupart des examens Red Hat ne sont évalués qu’après le redémarrage de l’environnement. Cela devrait être inclus dans la documentation de l’examen. Les autres examens ne requièrent pas de redémarrage, mais déterminent les répertoires dans lesquels vous devez créer vos fichiers, leur nom et leur restauration, ainsi que la procédure de restauration de votre travail en cas de corruption du système. Ce sont des informations cruciales, alors ignorez-les à vos risques et périls !

Last but not least, les questions d’examen changent entre les reprises. Donc, si vous avez échoué à un examen une fois, lisez attentivement les tâches, même si vous pensez en connaître toutes les tâches. Vous pourriez être surpris !

Connaitre les objectifs de l’examen et les connaitre bien !

Comme vous le savez maintenant, les examens de Red Hat ont pour seul objectif « la pratique ». Chaque examen a un ensemble d’objectifs, dont certains vous seront demandés. Bien que chaque objectif soit une phrase simple, il contient plus que vous ne le pensez. Par exemple :

Quand la fonctionnalité ou une fonction est-elle utilisée ? Comment le configurez-vous ? Y a-t-il plus d’une configuration de l’objectif particulier ? Si oui, en quoi diffèrent-ils et quand utiliseriez-vous chacun d’eux ? Existe-t-il une tâche administrative pouvant être effectuée avec l’objectif ? Existe-t-il une architecture client-serveur connectée à l’objectif ? Si oui, pouvez-vous configurer le client et le serveur ?

« Les objectifs de l’examen devraient être la principale source d’estimation de votre état de préparation à tout examen. Assurez-vous simplement d’aller au-delà d’un cas d’utilisation type « bonjour, monde » d’un objectif donné, et que vous compreniez le « pourquoi » et le « pourquoi pas » ainsi que le « comment ». »

Utilisez les bons outils pour vous !!

Nous savons que les examens RedHat sont basés sur l’accomplissement de tâches et d’objectifs, cependant, la manière dont vous accomplissez les tâches de l’examen dépend de vous. Que vous utilisiez un outil de ligne de commande ou une interface graphique, cela dépend de vous, tant que cela fonctionne

Exemple :

Le gestionnaire de réseau pour la gestion de réseau avec RHEL. Vous pouvez utiliser:

nmcli – un outil de ligne de commande.

nmtui – une interface texte en ligne de commande, qui vous guide tout au long des modifications.

nm-connection-editor – une interface graphique pour la gestion de réseau..

Tous les outils peuvent réaliser des choses similaires. C’est à vous de choisir celui que vous choisissez. N’oubliez pas non plus que vous pouvez utiliser le transfert graphique à l’aide d’un simple indicateur ssh -X. Cela signifie que vous pourrez peut-être utiliser une interface graphique même pour des systèmes configurés sans environnement graphique. Sachez cependant que certains outils peuvent contenir des bugs qui peuvent ne pas vous affecter lors de l’examen. Assurez-vous de bien utiliser les outils correspondant à vos besoins dans votre environnement de test avant de vous engager à les utiliser lors de l’examen.

Connaitre la documentation officielle

Vous devez absolument connaître la documentation officielle du produit testé. S’orienter dans la documentation peut vous aider énormément ! N’oubliez pas que les examens Red Hat ne permettent pas un accès illimité à Internet. Par conséquent, certaines fonctionnalités de la documentation risquent de ne pas être disponibles, telles que la fonctionnalité de recherche intégrée éventuelle reposant sur un accès Internet.

Mais même si vous travaillez avec un programme qui ne contient aucune documentation Red Hat, vous pouvez souvent trouver une aide. Pouvez-vous rechercher les pages du manuel ? Etes-vous sûr qu’aucun paquet n’offre de documentation ? Par exemple, installez-le package httpd-manual pour la documentation hors connexion du serveur httpd. Pour les examens de développeurs d’applications d’entreprise basés sur Java, vous pouvez souvent vérifier les classes enum, qui peuvent contenir de la documentation incluse.

Revoir, revoir et revoir

S’il vous reste du temps à la fin d’un examen, assurez-vous de ne pas annuler une tâche d’examen en en terminant une autre. Je ne peux pas dire combien de fois cela m’a évité d’échouer à un examen. Très souvent, les tâches sont liées, il est donc possible qu’en définissant une chose, vous en perdiez une autre. Si vous relisez les 10 ou 20 dernières minutes et réalisez ce qui vous est arrivé, vous réalisez au moins vos erreurs, même s’il n’ya pas assez de temps pour les corriger.

Faire les formations Redhat

C’est de loin le meilleur moyen d’étudier pour les examens. La formation est testée et devrait contenir tout ce que vous devez savoir pour l’examen, ainsi que des exercices pour vous préparer aux examens


Source : Red Hat Blog

Cet article vous à intéressé ? découvrez notre centre de formation RedHat